mardi 29 novembre 2016

Vivre avec la sep: l'acceptation psychologique



S’accepter physiquement est dur. S’accepter psychologiquement est plus difficile encore. Presque trois ans après mon diagnostic, je n’y suis pas encore et ce blog m’aide certainement pour atteindre ce but. Je pense que l’acceptation psychologique complète peut s’atteindre. Je l’espère.
Les deux premiers mois consistèrent en une relation presque schizophrénique avec moi-même. Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? Rationnellement, c’est le type de maladie qui se détecte entre 25 et 35 ans donc finalement le timing n’avait rien de surprenant.  Psychologiquement, vous êtes détruit et vous avez tendance a amplifié cette destruction. Vous amplifiez des situations non connectées. Par exemple, une personne normale peut être fatiguée après une journée de travail. Dans le cas de la sclérose en plaques, la tendance à créer un pont entre cette fatigue et la maladie est très rapide. Il m’arriva souvent d’envoyer des photos à mon médecin d’inflammations cutanées temporaires, de mentionner des problèmes digestifs ou tout autre situation plus ou moins anormale. Quand vous êtes malade, tout est prétexte à être malade. L’attente des visites à l’hôpital, l’attente de nouveaux symptômes, l’attente de verdicts douloureux, la prise journalière de médicaments, est aussi prétexte à penser à la maladie.


Vous avez aussi la question de l’espérance de vie. Vous pensez de manière accrue à la mort. De manière rationnelle, votre espérance de vie ne sera que très peu réduite, 5-10 ans. Mais la sclérose en plaques est incurable pour l’instant. Se le dire et le répéter ne sert à rien. Restez positif, évitez les mauvaises pensées. Cela prend du temps. Parlez-en à un confident, faites du yoga, méditez. Si vous ne pouvez plus courir, trouver vous un autre sport. Je fais énormément de gym alors que je ne cours plus. Se muscler aide la marche et l’équilibre. Avec le recul, j’ai noté que plus je positive, plus je suis en forme. Le sommeil a également un impact majeur sur votre santé. Si vous arrivez à dormir 9h par nuit, votre journée s’annonce en général meilleure. Je n’ai jamais dormi d’un bloc depuis 2014 et je pense que cela est lié au fait que j’ai décidé de ne prendre aucun somnifère. Cependant, j’essaye de m’organiser pour avoir 9h de sommeil par jour. Je suis encore jeune mais faire ces efforts me permet de continuer à travailler et à manager ma vie avec certes quelques difficultés mais relativement mieux que si je ne faisais pas attention. Je m’aperçois que le psychologique et le physique sont très liés. Si vous vous acceptez physiquement et que vous adoptez une attitude positive, vous vivez différemment votre SEP. Les moments difficiles de la vie doivent être rationnalisés et relativisés et cela permet une certaine émancipation psychologique qui conduit à l’acceptation.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.