mardi 29 novembre 2016

Vivre avec la sep : l'acceptation physique



Quand vous vivez avec la sclérose en plaques, la première difficulté est l'acceptation physique. En quelque sorte, vous avez un nouveau corps. Les défis proposés par ce nouveau corps peuvent être immenses.

Aujourd'hui, je ne peux plus courir. Je tiens entre 300 et 500 mètres, après mon dos me tire énormément. C'est d'ailleurs des problèmes de course à pied qui m'ont fait comprendre qu'il y avait un soucis. Début 2014, j'ai couru 10 kilomètres en une heure vingt et je suis tombé trois fois sans être poussé. Ce jour-là, j'ai compris qu'il y avait quelque chose de neurologique, j'ai fait un IRM dont j'ai demandé un second avis et finalement j'ai trouvé. Je savais que j'avais quelque chose et le premier médecin parlait juste d'une petite trace blanche. Ma persévérance a payé. J'ai découvert la maladie relativement tôt, un mal pour un bien.

L'acceptation physique, qui va de la fatigue à des douleurs ultimes en passant potentiellement par de l'incontinence, ne s'acquiert que si la personne se focalise sur ce qu'il peut encore faire et non sur le regret. J'ai peut-être eu la chance d'avoir des gens dans ma famille, qui ayant eu des graves maladies, me disaient "regarde ce que j'ai réussi à faire" ou "regarde ce voyage qu'on a fait". Cela m'a donné de la motivation pour m'accepter physiquement. L'acceptation physique n'est pas évidente. Certains grossissent énormément, d'autres maigrissent. J'ai perdu 8 Kilos que je regagne petit à petit aujourd'hui. J'ai pleuré de ne plus pouvoir courir et de ne plus pouvoir jouer au football. J'ai dû arrêter de boire de l'alcool, complètement. Ce fut le plus terrible. Il m'a fallu 3 mois pour m'en remettre et accepter que des gens boivent devant moi. Dans tous les cas d'acceptation, je dirais que le plus dur est la discipline durant la période d'acceptation. Vous devez vous sevrez d'une certaine manière, vous focalisez sur le futur. Les symptômes vont évoluer toute votre vie donc il se peut que vous sentiez que votre corps évolue progressivement et que le processus de l'acceptation physique soit recommencée régulièrement. Aller de l'avant, se focaliser sur le futur et continuer à penser à ce que vous pouvez faire sont les clés de la réussite. Chaque nouveau symptôme ne doit pas être refusé. Il s’agit de votre corps et de la première étape du processus. Cela ne sera pas facile, mais c'est une étape du chemin pour vivre durablement avec la SEP.


Aujourd’hui, j’accepte mon corps et mes problèmes physiques, parfois avec humour. Il y a des jours où je veux jouer au football. J’habite en Asie et heureusement il y a moins de visibilité pour ce sport. Si vous n’acceptez pas votre corps, vous ne pourrez pas faire le deuil psychologique de votre personne d’avant. Dans mon prochain article, je détaillerai le processus d’acceptation psychologique, une étape encore plus dure que l’acceptation physique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.